Taekwonkido

nom : taekwonkido

principe : art martial fondé à partir d’autres arts martiaux

origine : 1996 en France

fondateurs : Maitre Rémi MOLLET et Maitre Jean-Laurent TADDEI

 

Présentation :

Cet art martial est une combinaison de plusieurs arts martiaux coréens : le taekwondo, l’hapkido,  le haidong gumdo. A ceux ci d’autres techniques de différents arts martiaux tels le khido, ont été également utilisées.

Le taekwonkido est axé plus particulièrement sur l’autodéfense, et sur l’utilisation de la force (énergie cinétique et principes physiques).

Des compétitions de taekwonkido sont organisées (combats et techniques).

Le Taekwonkido est art martial qui a été conçu en France par Maitre Rémi MOLLET et Maitre Jean-Laurent TADDEI (médecin du sport). Ils sont également maitres en Taekwondo.

Coup de pied sauté de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Coup de pied sauté de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

 

stage taekwonkido toulon 1 12 2018

 

INTERVIEW de Maitre Rémi MOLLET

Question 1 : Pouvez-vous tout d’abord vous présenter SVP?

Un des principes des arts martiaux est l’humilité et il est toujours délicat de faire étalage de son palmarès ou de sa carrière…

Disons tout simplement que, entre autres, je suis gradé en Taekwondo (FFTDA, Kukkiwon et Chung Do Kwan), Hapkido (Daehan Hapkido Federation, Hanguk Hapkido Federation et Sin Moo Hapkido) et Gumdo (sabre coréen : Korea Headong Gumdo Association). Je suis Instructeur certifié « Maître Kukkiwon 3ème échelon. » (Corée) en Juillet 2000 puis « Maître Kukkiwon 2ème échelon. » (Corée) en Juillet 2007.

Je suis diplômé d’état (France) depuis 1986. Je suis également Instructeur Mondial Mudo (World Mudo Academy) et diplômé en Kick-Boxing. Membre à vie du Chung Do Kwan, j’ai été nommé « Instructeur de l’année » en Taekwondo par le Hall of Fame en Floride (U.S.A.) en Sept. 98 et promu à nouveau « Instructeur de l’année » cette fois en Hapkido le 4 sept 2004.

Puis j’ai obtenu en Sept.2005 le « Silver Life Achievement Award » récompensant plus de 30 ans de pratique dans les arts martiaux et ai été nommé « Grandmaster » de l’année pour le Taekwonkido en 2009 à San-Antonio (Texas). A la fin de la saison 2010, j’ai reçu le prix de « Pionnier de l’année 2010″ pour le TaekwonKido par le Hall of Fame à Orlando en Floride.

Mes fonctions fédérales ont été multiples : j’ai été responsable du Collège des Professeurs de l’ancienne ligue Ile de France FFKAMA dans les années 80 puis responsable Technique Val de Marne de 1988 à 1996. Surtout, j’ai été Membre de la Commission Technique Nationale, étais responsable de toutes les ligues du Nord de la Loire et ai même rédigé les premiers cahiers techniques fédéraux du Taekwondo français (en 1991). Puis j’ai été Vice-Président de la Fédération de TKD & Mudo jusqu’en 2004. Par arrêté ministériel, j’ai été membre de la Commission Spécialisée des Dans et Grades Equivalents (CSDGE de la FFTDA) de 2000 à 2009. Jusqu’en janvier 06, j’ai été Président de la Commission « Taekwondo et arts martiaux coréens » de la FFST, fédération agréée Jeunesse et Sports depuis 1953. J’ai été Juge Technique National et Arbitre National.

Enfin, je suis actuellement Membre du Collège des Experts du FIPAM (Fonds International pour la Préservation des Arts Martiaux) et Président de l’Union Fédérale de TaekwonKido. Fin de la saison 2009 à Séoul, j’ai été nommé Représentant européen de la Fédération Coréenne de Hapkido (Hanguk Hapkido). Par deux fois, en 2009 et 2011, j’ai été également nommé membre du comité de conseil international du Kukkiwon (Académie de la Fédération Mondiale de Taekwondo), représentant pour l’Europe. Enfin, depuis 2010, on m’a proposé d’être Responsable de la commission « Ho Shin Soul » (Self-Défense) de la Fédération Française de Taekwondo (FFTDA).

Mes Maîtres ont été nombreux. Les plus notables sont le Maître vietnamien Michel Morlon, fondateur du KHIDO (en 1985), Me Lee Kwan-Young (pionnier du TKD en France), Me Kim Yong-Ho et surtout les grands-Maîtres Park Hae-Man (10ème dan, un des plus hauts gradé du Taekwondo Chung Do Kwan), Ji Han-Jae (Sin-Moo Hapkido), Kimm He-Young (Hanmudo), Kim Sun-Ho (Gumdo et Hapkido), etc.

Je pratique donc depuis plus de quarante ans, et, afin de développer les arts martiaux coréens, j’ai créé une amicale de clubs, le « Cénacle Rémi Mollet », sur le modèle de ce que j’avais vu en Corée (où je vais chaque année depuis 1988). Cette amicale regroupe un certain nombre de clubs partout en France et même à l’étranger : Pays-Bas, Suisse, Maroc, Gabon, etc. Enfin, dans les semaines qui vont venir, des sections TaekwonKido vont s’ouvrir… en Corée !, sous la direction de Me Kim Sun-Ho. Le Cénacle fait même partie du groupe coréen de Hapkido « Holim » dont il est le 6ème Do-Jang.

Toujours dans un souci de promotion, j’ai écrit en 1989 un livre « Découvrir le Taekwondo » (éditions Amphora), puis « le Hapkido, art coréen d’autodéfense » (sortie en avril 2006), « Le guide du TKD » (sortie en 2011) et ai deux ouvrages en préparation dont un sur le TaekwonKido. J’ai également sorti le premier DVD en France sur le Taekwondo. Pendant toutes ces années, j’ai écrit dans la presse spécialisée plus de 70 articles et ai été l’objet de plusieurs articles dans la presse spécialisée (« Taekwondo-Choc », « Karate-Bushido », « Arts Martiaux Traditionnels d’Asie », « Taekwondo Times », »Ceinture Noire », « Black-Belt Magazine », « Inside Kung-Fu », « Samouraï », « Dragon Magazine »,etc.).

Chaque année, sur le terrain, nous assurons près d’une vingtaine de démonstrations : j’ai participé à la Nuit des Arts Martiaux à Vélizy (retransmis sur Eurosport), au salon des Arts Martiaux de Vincennes (parc Floral) en octobre 1999 et 2000, à la Nuit des Arts Martiaux de Paris Bercy le 25 Mars 2000. Nous avons fait la première et à la deuxième Nuit des arts martiaux traditionnels à la Halle Carpentier (Paris XIII) en 2007 et 2008. Enfin, nous avons fait des démonstrations aux émissions de télévision suivantes : « Star 90 », « Iap-Iap » (Canal J), « Morning Café » (M6), etc.

Clé de bras de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Clé de bras de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Sur le plan de la compétition, en novembre 2000, j’ai co-organisé le 4ème tournoi international de Taekwon Mudo à Charlety à Paris, ai été le chef de l’équipe FFTKD plusieurs fois au Vietnam, en Corée, en Suisse, en Finlande, etc., ai été le chef de l’équipe Mudo à Agadir au Maroc (pour le 5ème tournoi international de Taekwon Mudo). J’ai formé plusieurs dizaines de champions de France FFTDA et/ou FFST (les plus notables étant Thierry TROUDART –multiple Champion de France, vainqueur de la Coupe de la Méditerranée, Médaille de Bronze au Championnat du Monde en 93 à New-York–, Rajaa BENHAMRA –plusieurs fois Championne de France et sélectionnée au Championnat du Monde en 91 à Athènes–, et Emilie TRAN sélectionnée au championnat du Monde Junior au Vietnam en juillet 2006 et Championne d’Europe Junior. Pascal GENTIL (double médaille de Bronze aux Jeux Olympiques) a débuté dans un de mes clubs.

Je suis par ailleurs Professeur de Lettres Classiques à Nogent/Marne depuis plus de 30 ans. Une expérience pédagogique sur le plan « intellectuel » comme sur le plan martial. Pour ce qui est des arts martiaux, je fais donc partie de la première génération des professeurs français à avoir enseigné le Taekwondo dans l’Hexagone. Mon club originel, à paris V, a fêté ses 35 ans d’existence ! Pour toute cette carrière et cette… longévité, j’ai reçu en 2012 la Médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports.

Enfin, avec le Dr. Jean-Laurent Taddeï, j’ai créé une synthèse martiale : le TAEKWONKIDO, qui a une reconnaissance officielle en Corée par la Dongdaemun-Gu Hapkido Association.

Question 2 : Pouvez-vous présenter votre art martial, le TaekwonKido ?

Le TaekwonKido est l’aboutissement de toutes ces années de pratique, d’enseignement et de recherches. Je l’enseignais depuis au moins deux décennies, mais seulement aux ceintures noires, puis, sous la pression de mes gradés, nous nous sommes résolus à « officialiser » cette méthode. Le TaekwonKido (appelé parfois Sinkido dans certaines structures) peut être vu comme une application martiale du Khido, art de maîtrise de soi fondé donc par le maître Morlon en 1985. Me Morlon ayant été absent de la scène martiale pendant une parenthèse de plus de 20 ans, il ne nous paraissait pas possible de « récupérer » le terme « Khido » qui ne nous appartenait pas. Par ailleurs, pendant son absence, nous avions fait évoluer la méthode en la nourrissant de notre vécu technique et notamment de techniques de self-défense.

Le TaekwonKido présente plusieurs facettes :

1) la base de Khido mettant l’accent sur la maîtrise de soi, la production de force sans raideur ni contraction, de façon harmonieuse (pratique interne), la maîtrise des positions et de son centre de gravité, la compréhension de son corps et de ses techniques, l’aspect philosophique ;

2) les techniques de Taekwondo (surtout dans son aspect martial avec coups de coude et coups de poing au visage) ;

3) les techniques d’autodéfense venant notamment du Hapkido mais aussi d’autres systèmes de défense ;

4) le travail de l’énergie cinétique et la production de puissance selon des lois physiques et médicales, la compréhension de la biomécanique (cet aspect est notamment développé par le Dr. Jean-Laurent Taddeï, spécialisé dans la médecine du sport) :

5) le travail des armes et principalement du sabre (Sin Gumdo) avec des exercices dynamiques et presque ludiques.

Tout cela fait une méthode très riche qui n’exclut pas le côté sportif et les applications en combat. Nous avons des élèves qui ont pu ainsi tirer et avoir des résultats en Taekwondo, mais aussi en light-contact, semi-contact, plein-contact, boxe, Viet Vo Dao, etc., non pas pour courir après des médailles qui ne flatteraient que votre ego mais pour prouver que l’on peut s’adapter à n’importe quelle situation de combat.

Démonstration de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Démonstration de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Question 3 : Quelles sont les raisons qui vous ont incité à créer le TaekwonKido?

Si l’on pratique un art martial, c’est au départ principalement pour apprendre à se défendre avec un système efficace. Or beaucoup de pratiquants se retrouvent dans une impasse. Aujourd’hui, nous en sommes trop souvent au niveau du sport de compétition. Les champions sont champions d’un règlement et il faut être vraiment naïf pour croire que ce qu’ils font marche dans une situation de confrontation réelle. En effet, l’enseignement dans les clubs s’étant appauvri afin de préparer les élèves à avoir des médailles, le Karaté marchera très bien mais seulement avec des adversaires karatékas ; le Taekwondo sportif fonctionnera bien mais seulement avec des combattants en face qui feront Taekwondo, sinon cela ne marchera plus ; le Judo, cela marche, mais seulement si l’autre en face fait Judo, etc.

Et, sur le plan traditionnel, il nous est apparu depuis très longtemps, que les élèves étaient là aussi dans une impasse : on pratique trop souvent un art traditionnel sclérosé et pas assez réaliste, sans en comprendre les principes, en ayant oublié beaucoup de fondamentaux. C’est ce qui explique sans doute le désamour actuel vis-à-vis des méthodes martiales traditionnelles.

Enfin (et surtout !) le terme « DO », la Voie, est présent dans l’appellation de beaucoup d’arts martiaux : JuDO, TaekwonDO, Karaté-DO, TangsooDO, AïkiDO, etc. Mais rares sont les personnes (y compris chez les haut gradés) à appliquer ce principe. Les arts martiaux sont une « philosophie en action ». La courtoisie, le respect de l’autre, le goût de l’effort, la faculté d’analyser et de surmonter les problèmes, doivent avoir des retentissements et nous aider dans la vie de tous les jours. A quoi bon être champion du Monde si on a raté sa vie, si on n’est pas heureux ?

Question 4 : Quelles sont ses spécificités?

Comme je vous l’ai dit, le TaekwonKido présente plusieurs aspects. Pour beaucoup, il vise à l’efficacité. Techniquement, il présente des percussions (coups de pied, coups de poing, de coude, etc.) mais aussi des clés et autres contrôles articulaires permettant de neutraliser un adversaire sans trop dépenser d’énergie. Il existe aussi des enchaînements de frappe avec les bras au visage et de déviations des coups afin d’absorber la force de l’adversaire.

Le programme technique a été repensé afin d’être accessible à tous, du plus jeune au vétéran, de la femme à l’homme. Certaines formes, trop rébarbatives pour les débutants, ont été « assouplies ». L’intérêt, à mon sens, en TaekwonKido, c’est qu’il n’y a pas d’un côté les coups de pied, de l’autre les clés, etc., sans aucun lien entre ces différents items. Nous avons mis au point un certain nombre d’exercices permettant de faire le lien entre tous ces ateliers. On pourra ainsi dans un même enchaînement passer d’un coup de pied, à une frappe de bras, suivie d’une clé puis d’un contrôle au sol. En TaekwonKido, il y a quatre distances de combat alors que, dans la plupart des sports de combat, tout se joue sur une ou deux distances seulement.

C’est un peu comme l’ascension de la même montagne : il y a plusieurs chemins possibles. Certains élèves préfèreront commencer par le chemin des frappes et autres percussions ; d’autres choisiront la voie des clés et des projections ; d’autres encore la pratique interne ; d’autres enfin tenteront plusieurs aspects conjointement. Qu’importe, à la fin, tout finit par se rejoindre et conduire au même sommet.

Question 5 : Quels conseils donneriez vous à une personne qui voudrait apprendre le TaekwonKido?

Tout d’abord la persévérance. 50% du travail est de venir régulièrement à l’entraînement. On ne peut pas apprendre une langue étrangère en suivant la leçon numéro 1, puis 14, puis 33, etc. Ce serait absurde ! Les arts martiaux, c’est la même chose. Tenez-vous à une voie et « gardez le cap » !

Ensuite, il faut faire une confiance à votre école. Réfléchissez bien en amont pour savoir quelle méthode vous allez choisir ainsi vous n’aurez pas de regrets. Puis, une fois que vous vous êtes engagé, suivez la voie, de façon pleine et entière. Le problème n’est pas un problème physique (Vous n’êtes pas « costaud », vous le deviendrez. Vous n’êtes pas souple : ce n’est pas grave, la souplesse, cela s’acquiert) ; ce n’est pas non plus un problème technique (encore une fois tout est question de travail et de persévérance) ; le problème est avant tout un problème de mentalité et d’attitude. Il faut arriver à casser votre ego, à mettre à la poubelle vos préjugés, vos idées préconçues qui bien souvent sont un frein dans votre pratique martiale mais aussi dans la vie de tous les jours.

Enfin, les techniques ne doivent pas être maîtresses de vous ; c’est vous qui devez être maître de vos techniques. Comprenez ce que vous faites, vivez de l’intérieur les mouvements qu’on vous demande d’exécuter. Au théâtre, un bon comédien n’est pas seulement celui qui a une bonne mémoire, c’est celui qui vit son texte. Trop de pratiquants font des arts martiaux sans comprendre, exécutant du coup des techniques qu’ils ne comprennent pas et qui loin, de les renforcer, les rendent même parfois plus faibles !

Saisie de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Saisie de taekwonkido (photo tous droits réservés de Maitre R.M)

Question 6 : Comment peut-on vous contacter afin d’obtenir des renseignements sur votre pratique SVP ?

Adresse courrier : Maître Rémi Mollet, Taekwonkido et Arts Martiaux, Parc des Sports, 3 rue du clos Ste-Catherine, 94360 Bry/Marne

Adresse à Paris : gymnase Amyot, 3 rue Amyot, 75005 Paris

Tél : 01.49.30.05.15 / Fax : 01.49.30.56.34

e-mail : remimollet@sfr.fr

Sites : http://cenaclerm.fr

ou : http://www.ceintureblanche.fr

Un grand merci à Maitre Rémi MOLLET pour cet instructif interview, et les photos envoyées pour le site. Bonne continuation à lui et au Taekwonkido (interview réalisé en Mai 2014).

Vidéo :

stage taekwonkido toulon 9 12 2017

 

Liens :

http://www.uft.free.fr  (www.taekwonkido.com)

http://cenaclerm.fr/

http://www.ceintureblanche.fr

Les commentaires sont fermés.